Ronflements et apprenti

Publié le par Sombrelün

A.gif l'auberge du Fut sans Fond, j'attrapai Ideir pour lui demander:

- Dites, vous n'auriez pas eu des apprentis profanes qui se seraient présenté ici, par hasard?

- Mais si, Maitre, Maitre Kolban les reçois justement aujourd'hui, je m'inquiétais même de ne pas vous voir avec lui, puisque ça sera votre apprenti...

En effet, je trouva le vieux mage scrutant avec l'air sévère une poignet de jeunes gens guère rassurés. Quand je lui signalais ma présence en posant la main sur l'épaule, il fit, mine de rien:

- Ah! Sombrelün! Je ne t'attendais pas si tôt, je n'ai encore eu le temps d'éclaircir les rangs.

- Maitre, vous m'aviez dis que vous m'aideriez à le choisir, non pas que vous le choisiriez sans moi, m'inquiétais-je. Si vous faites ainsi, comment apprendrais-je à bien choisir mes apprentis?

- Ah, mais tu apprendras, mon garçon, ne t'en fais pas, mais ce n'est pas la leçon que j'ai à t'enseigner aujourd'hui. Celle-ci pourrait d'ailleurs s'intituler ''comment s'assurer que son apprenti mage construise sa tour avant septembre en dix leçons''. Je suis sur que tu en auras besoin dans un avenir plus proche que celui où le besoin d'un autre apprenti profane se fera sentir.

Un sourcil levé exprimant ma perplexité, je demandais aux jeunes gens qui nous regardaient, mi-craintif, mi-interloqué:

- Que vous a déjà demandé mon Maitre?

- Euh... si nous ronflions... Maitre.

J'éclatais alors de rire, avant de remarquer au vieux mage:

- Maitre, nous sommes plus d'une dizaine dans ma fratrie, je pense avoir tout connu comme compagnon de chambré. Il m'importe peu que mon apprenti ronfle, mais je vous promets que je libérerais ma chambre avant septembre, que ma tour soit fini ou pas.

Kolban sourit, et s'il en fut déçu, il ne le montra pas. Il m'enseigna alors les qualités que devait avoir un apprenti profane, pour pouvoir espérer un jour en faire un mage. Celles-ci étaient du plus incongrues dans leur ensemble, mais l'art magique use de canaux détournés pour s'exprimer, il est bien connu.

 

MyrthoNotre choix se porta sur Myrtho, un frêle et jeune garçon d'une quinzaine d'année dont l'esprit curieux lui serait d'une grande aide. Nous donnâmes congé aux autres adolescents, avant de prendre le chemin de la tour de mon maitre. J'en profitait pour faire un peu plus connaissance avec mon nouvel apprenti, quand, au détour de la discussion, je demandais:

- Au faite, ronfles-tu?

- Non, Maitre, mais... il paraît que je parle dans mon sommeil.

- Ce n'est pas grave, tu n'es pas le seul. Il arrive à Tipiu de gazouiller tout seul en pleine nuit.

Je sentis sur mon chapeau le moineau s'ébrouer, réfutant d'un air indigné mon assertion.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article