Méprise des lavandières

Publié le par Sombrelün

h! Sombrelün, justement je voulais te voir!

C'est ainsi qu'au détour d'un couloir, mon Maitre m'attrapa par la manche et m'entraina dans la bibliothèque. C'est avec une mine sincère quoique un peu gêné qu'il commença mystérieusement:

- Tu sais, Sombrelün, la voie que j'ai prise n'est pas forcément la meilleur, à moins que ton but soit de te mettre à dos le grand prêtre Kélou. Enfin, j'ai mes raisons et... hum, passons.

Je le regardais avec des yeux ronds, ne voyant pas vraiment de quoi il parlait, mais le vieux mage continua:

- Tu es tout à fait en âge de songer à ces choses-là, et ton statut ne dérange en rien, si c'est cela t'inquiétait.

- Euh... Maitre...

- Tu es plutôt timide? fit mon Maitre sans vraiment prendre en compte ma tentative interruption, ni vraiment attendre de réponse. Je m'en doutais! Tu feignais de t'exercer à la lévitation près de la rivière, hum...? Laquelle t'a frappé dans l'œil?

Je secouais doucement la tête:

- Non Maitre, pas à la rivière, mais au dessus de votre tour, tous les matins quand je pris Fairy.

C'était un conseil de Jaëlle, expression de mon inconscient quand je révais, mais ça, je ne pouvais le lui dire.

- Ah... fit le mage désappointé, avant de reprendre avec espoir. Mais les lavandières t'ont vu léviter près de la rivière.

- Ah! Non non, je ne les regardais pas, Maitre, comprenais-je enfin d'où venait le malentendu. J'expliquais à des enfants qu'un objet pour regarder des oiseaux ne devait pas être utiliser pour regarder d'autres choses.

- Ah... bon... tant pis. Enfin, pas grave...

Le vieux mage me laissa repartir, un peu déçu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article