Interrogation songeuse

Publié le par Sombrelün

I.gifdeir devait un service à mon Maitre, et il n'est pas allé avec le dos de la cuillère pour s'en acquitter, nous servant un repas digne d'Ernez. Pour tout vous dire, j'avais espéré que le trajet entre l'auberge du fut sans fond et la tour m'aurait permit de digéré, mais une fois à la bibliothèque, à peine eus-je ouvert le livre que j'étudiais, je plongeais dans une sieste digestive.

 

Je rouvris les yeux sur un monde bleuté, et pour cette fois, ne soupira pas. Je commençais à m'être fait à ces rêves étranges. Et puis, discuter avec son moi inconscient, en la personne de Jaëlle, ça peut être instructif. D'ailleurs, elle ne fut pas longue à s'assoir en tailleur sous la ramure de mon arbre à rêves, alors que je me redressais en baillant. Après les formalités et politesses d'usage, je soupirais:

- Je ne comprends pas... J'ai l'impression que mon maitre n'a qu'une hâte, que je fasse mon étude de deuxième cercle... Me trouve-t-il si mauvais mage pour chercher à me débarrasser de moi ainsi?

- Je pense que c'est plutôt le contraire. C'est parce que tu es un bon mage pour lui qu'il souhaite que tu ais ta propre tour. N'a-t-il pas dit que tu maitrisais les deux premiers devoirs du mage? Le troisième n'est qu'une formalité. Et puis, ce monde manque de mage, au moins de ce coté de la Barrière. Si tu as ta propre tour, tu pourras former à ton tour un autre mage, et prendre aussi un apprenti. Soit deux mages confirmés, deux mages sortant de l'université que vous formerez, et deux apprenti pour vous aider. Ce n'est pas négligeable, non?

- Mouais...fus-je bien obligé de reconnaître. Mais j'ai vraiment aucune idée du genre d'étude que je pourrais faire pour mériter mon deuxième cercle.

- ça, ça a moins d'importance que tu le pense. En pénurie de mages, les esprits sont plus conciliant pour les personnes sur qui apposer leur marque. Ça m'étonne même que Kolban, depuis qu'il est ici, ne porte que deux affiliations.

- Être seul guérisseur pour toute une région, ça limite pas mal les possibilités d'étude. Il était affilié à l'air avant de venir ici, l'eau lui a été accordé parce qu'il fait parfois pleuvoir sur les champs.

- Oui, c'est vrai. Enfin, poursuivit-elle, s'il y avait un esprit spécialement dédié à l'art curatif, il lui aurait mit le grappin dessus depuis longtemps. Et puis, en plus de ça, les mages d'étude, par opposition aux mages de terrain comme tu l'es à moitié maintenant, ils se soucient guère de ce que tu pourras écrire, qui a de grandes chances d'être spécifique à ces terres.

- Moi je veux bien, mais sur quoi?

- Les terres, d'Irvelic sont un champ d'étude quasi vierge. Depuis un siècle et demi, personne n'a prit le temps de vraiment les étudier. Tu ne vas pas me dire qu'il n'y a rien sur lequel tu pourras plancher?

- Mais...

- Allez, zou! Réfléchis-y au lieu de dormir!

 

Je me réveilla en sursaut sur le livre qui m'avait servit d'oreiller. Je n'avais plus d'autres choix que de m'y mettre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zordar 04/01/2010 15:40


Bonne année 2010 ! Quelle soit magique !