Double compromit

Publié le par Sombrelün

J.gif'étais à la bibliothèque avec mon Maitre, et il m'expliquait:

- Le choix d'un apprenti profane ne peut pas se faire au hasard, mais d'abord... laisse-moi t'entretenir des raisons de cet apprentissage un peu particulier.

Bien peu d'étudiants sont pris à l'université de sorcellerie, car ils faut d'une part qu'ils aient quelques dispositions à l'égard de cet art, mais aussi qu'ils aient envie de les développer. Et si dans ta réalité d'origine, plus disposée aux sciences, cette voie d'étude est quasiment inconnue, ce n'est pas du tout le cas dans les autres plus proche de l'imaginaire, comme celle-ci.

Tous les mages en puissance ne pourront rejoindre l'université, ce sont tout d'abord des études exigences, mais cet aspect-là, tu le connais, et toutes les familles ne peuvent y envoyer leurs enfants, n'ayant pas les moyens d'assumer leur départ ou leur entretient comme étudiant.

Ces apprentis profanes sont donc une sorte de compromit entre les familles et l'université: l'enfant apprend notre art, et c'est son maitre qui subvient à ses besoins. Enfin... plutôt le village où vit le mage, mais le résultat est le même. Mais... cet apprentissage est a double revers, car si l'apprenti apprend l'art d'un mage, il ne sera reconnu comme tel que quand un esprit acceptera de le marquer, ce qui est plutôt rare...

Voilà pourquoi je te conseillerais de faire comme je l'ai fait. Fais savoir que tu cherche un apprenti, mais n'en prend qu'un seul, celui qui te semble avoir sur le bout des doigts notre art, et ce, qu'importe les pressions que te feront subir les familles. Tant que nous arriverons à maintenir un nombre d'apprenti pas trop élevé de ce coté de la barrière, nous optimisons les chances qu'un esprit baisse le regard sur l'un d'eux.

J'acquiesçais doucement, comprenant ses raisons, et ne pouvait qu'espérer qu'un jour, Gareth comme mon propre apprenti puissent être reconnu pour ce qu'ils étaient. J'avais déjà vu le jeune garçon tressé à l'œuvre, et bien qu'encore un peu jeune, il méritait amplement son bourdon comme son premier cercle.

Maitre Kolban allait me laisser retourner à mes études, quand il se ravisa et ajouta:

- Ah! Au faite... ma tour n'est pas extensible, et... elle n'était pas prévu à la basse pour accueillir plus d'un mage, son dissipe et un apprenti. Je ne peux imposer ton apprenti à Gareth, tu l'accueilleras donc dans ta chambre.

Au sourire mi-amusé, mi-narquois, je ne pu que deviner dans cette décision un subterfuge pour me faire construire ma tour un peu plus tôt. Mais... peine perdu, étant issu d'une grande fratrie, partager ma chambre ne me dérangeait en rien, bien au contraire. J'acquiesça, lui retournant son sourire avant de me lever:

- Entendu, Maitre, il sera fait ainsi. Je vais faire passer une annonce dans l'écho du vent.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article