Deuxième cercle et apprenti profane

Publié le par Sombrelün

M.gifon Maitre m'avait fait mandé à la bibliothèque, pour revenir une fois de plus sur une question qu'il me posait encore et encore:

- Alors, Sombrelün? Connais-tu le sujet de ton étude, pour valider ton deuxième cercle?

C'était trop tôt, bien trop tôt si on devait suivre le calendrier officiel de l'université de sorcellerie, je n'avais même pas accompli la première année des deux nécessaire pour loué allégeance à un autre esprit. Mais... je n'étais plus à l'université, et ces terres manquaient cruellement de mage de ce coté de la Barrière. J'en étais autant conscient que je ne me voyais mal gérer ma propre tour, voilà pourquoi je retardais de donner ma réponse au vieux mage, bien que je la connaissais depuis un certain temps.

Je baissais les yeux pour répondre du bout des lèvres:

- Je songe à étudier... le petit peuple.

- Merveilleux! bondit Maitre Kolban. Et tu as déjà tant écrit sur eux, sans oublier que tu es notre spécialiste sur lui en Irvelic! Ce deuxième cercle ne va être qu'une formalité, je vais de suite écrire à l'université, pour que ton nom soit ajouté aux registres, et au seigneur d'Ernez, pour qu'on t'alloue un lopin de terre, pour ta tour! Et en septembre, nous recevrons deux mages apprentis qui...

Son envolé retomba alors qu'il croisa mon regard suppliant, le forçant à me demander avec inquiétude:

- Il y a un problème, Sombrelün?

Toujours les yeux bas et du bout des lèvres, je tentais de lui expliquer mes appréhensions et de lui demander un peu de temps:

- Je sais que deux autres mages nous soulagerons de la masse de travail, mais... ils ne viendront qu'en septembre, alors que nous sommes en mars. Je vous en pris, Maitre, laissez-moi encore étudier à vos cotés, jusqu'à cet été... Je... je pourrais réorganiser mes notes éparses sur le petit peuple, et... compléter cette étude... pour en faire une qui n'intéressera pas que les lettrés d'Irvelic. Cela me laissera du temps pour apprendre à gérer une tour et... ce genre de chose.

Alors que j'en arrivais à bredouiller, le vieux mage posa une main sur mon épaule, paternel, acquiesçant doucement:

- Entendu Sombrelün, je te laisse jusqu'à cet été pour terminer ton étude, mais... je te demanderais de te prendre un apprenti profane dès maintenant. Je t'apprendrais comment le choisir et lui enseigner, on gagnera du temps pour septembre.

- Je vous en remercie, Maitre, fis-je avec un pâle sourire reconnaissant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article