Attente du crépuscule

Publié le par Sombrelün

O.gifn peut dire que mon arrivé à Yorret ne passa pas inaperçu. On ne devait pas souvent y voir de dragons, et de mages non plus. Alors que les villageois gardaient une distance prudente, guère rassuré par les derniers évènements, le bourgmestre vint me saluer, prévenu par mon Maitre. C'est avec une certaine inquiétude qu'il me mena à l'endroit où les phénomènes étaient les plus courant, avant de rejoindre à quelques pieds de retraits des bucherons curieux et téméraires.

Le spectacle que je leur donnais avait de quoi les intriguer. Repérant une grosse pierre plate, je l'époussetais des feuilles mortes et brindilles, sans retirer la mousse, déballais bien des choses de ma besace. Tout d'abord, un tapis d'herbes séchées et tressées, en guise de nappe pour la pierre. J'y déposais tout ce que j'avais cuisiné cette longue semaine: pâtisseries au miel, beurre d'orange, caramels et confiture de rose.

Je m'éloignais alors de quelques pas, m'adossais à un arbre, déposais une goutte de ma décoction de vision imaginaire sur les paupières, et sortit un livre pour passer le temps. Toute la journée passa, les bucherons avaient fini par renoncer à m'observer et étaient retournés à leurs scies. Je jetais de fréquents coups d'œil à la pierre et ses gourmandises, quand, au crépuscule ma patience fut récompensée. Refermant doucement mon livre, je m'approchais pour incliner humblement la tête et entamer la discussion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article